ACTUALITES

23 OCTOBRE 2022: RITUEL POUR LA MESSE POUR L’EVANGELISATION DES PEUPLES ET DE L’ENVOI EN MISSION

Journée Missionnaire Mondiale-Dimanche 23 octobre 2022

  • Antienne d’ouverture Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse, que son visage s’illumine pour nous ; et son chemin sera connu sur toute la terre, son salut, parmi toutes les nations.
  • Prière d’ouverture : Dieu qui veut te faire connaître de tous les hommes et les recueillir dans ton Royaume, regarde l’étendue des champs à moissonner ; envoie des ouvriers en grand nombre qui annonceront l’Evangile à toute créature, afin que de tous les peuples de la terre naisse et grandisse un peuple nouveau que ta Parole assemble et que tes sacrements soutiennent. Par Jésus-Christ ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen
  • Prière commune ou prière universelle

Dieu notre Père a envoyé son Fils parmi les hommes, il l’a consacré par l’onction de l’Esprit Saint pour porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, guérir ceux qui ont le cœur brisé, consoler ceux qui pleurent. Supplions-le avec confiance.

Seigneur, écoute-nous ; Seigneur, exauce-nous.

  1. Pour l’Eglise universelle, afin qu’elle soit partout et toujours missionnaire, prions le Seigneur.
  2. Pour le peuple de Dieu, afin qu’il soit attentif aux besoins missionnaires dans le monde d’aujourd’hui, prions le Seigneur.
  3. Pour toutes les Eglises chrétiennes, afin que leur recherche de l’unité renforce leur témoignage, prions le Seigneur.
  4. Pour les peuples qui ne connaissent pas le Christ ; afin que rien ni personne ne fasse obstacle chez eux à la lumière du Christ, prions le Seigneur.
  5. Pour les peuples à qui (ces) les missionnaires sont envoyés, afin que l’Esprit Saint ouvre leur cœur à la lumière du Christ, prions le Seigneur.
  6. Pour ceux qui cherchent, ceux qui doutent, ceux qui refusent de croire, afin qu’ils trouvent près d’eux l’apôtre qui les conduira au Christ, prions le Seigneur.
  7. Procession d’offrande pour chaque continent

1-Ensemble avec notre cher continent, MERE-AFRIQUE,

 Seigneur, nous t’offrons cette HOSTIE ; reçois cette offrande. Et protège-nous contre la faim, les guerres, la pandémie qui attaque le monde entier.

2-Reçois le VIN qu’ensemble nous t’offrons avec tout le CONTINENT AMERICAIN, accepte-le ; et inscris au cœur des hommes et des femmes de ce continent frère le caractère sacré de la vie et le sens du partage.

3-Avec cette BIBLE, nous t’offrons nos frères et sœurs de l’EUROPE ; que ta main protège ce continent, qui a tant donné au monde pour l’expansion de la Bonne Nouvelle du Christ ; et sauve-le de tout sentiment de pouvoir vider l’Auteur de la vie de son espace vital afin de redécouvrir le chemin de la Foi en Ton Fils.

4-Nous t’offrons l’EAU, unis, que nous sommes, à nos frères et sœurs de l’OCEANIE ; reçois notre offrande et libère-les de tout repli sur soi pour une ouverture sur l’universalité.

5-Nous t’offrons cette CROIX ensemble avec le CONTINENT ASIATIQUE. Reçois notre offrande et jette ton regard miséricordieux et compatissant sur les hommes et femmes de ce contient ; puisse ta grâce les aider à te choisir Toi le seul vrai Dieu malgré la pluralité de leurs croyances.

  • Prière sur les offrandes

Regarde, Seigneur, le visage de ton Christ et souviens-toi qu’il s’est livré pour le salut de tous ; en lui qui t’a glorifié jusqu’à t’offrir sa vie, fais-toi reconnaître comme le Dieu d’amour, d’une extrémité du monde à l’autre : que tous les peuples de la terre fassent monter vers toi l’action de grâce de Jésus, ton Fils, notre Sauveur. Lui qui règne avec toi et le Saint-Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen

  • Préface dimanche du Temps Ordinaire 1

Vraiment, il est juste et bon de te rendre gloire, de t’offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à toi, Père très saint, Dieu éternel et tout-puissant, par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Dans le mystère de sa Pâque, il a fait une œuvre merveilleuse : car nous étions esclaves de la mort et du péché, et nous sommes appelés à partager sa gloire ; nous portons désormais ces noms glorieux : nation sainte, peuple racheté, race choisie, sacerdoce royal ; nous pouvons annoncer au monde les merveilles que tu as accomplies, toi qui nous fais passer des ténèbres à ton admirable lumière. C’est pourquoi, avec les anges et les Archanges, avec les esprits bienheureux, nous chantons et nous proclamons : Saint !

  • Antienne de la communion « Apprenez à toutes les nations à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, dit le Seigneur, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps. »
  • Prière après la communion

Nous recevons de toi, Seigneur, les vivres que nous aurons dans ton Royaume, et nous te prions pour les hommes qui ne te connaissent pas : que ce sacrement du salut éternel, en nourrissant la foi de ton Eglise, attire à la vérité toujours plus de croyants. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen

  • Prière de bénédiction sur les catéchistes

Regarde, Seigneur, tes serviteurs et tes servantes qui se proposent pour assurer la catéchèse ; par ta bénédiction +, confirme leur disposition pour qu’ils s’instruisent d’abord en méditant ta parole et en respectant toute la doctrine de l’Eglise. Qu’ils puissent à leur tour enseigner leurs frères et te servir avec joie en même temps que ceux-ci. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. R/Amen

 

 

  • Bénédiction solennelle pour la Journée des missions

Dieu a manifesté dans le Christ son amour et sa vérité. Qu’il fasse de vous les témoins de son Evangile.

R/Amen

Le Seigneur Jésus a promis à son Eglise, sa présence jusqu’à la fin des temps. Qu’il confirme vos actes et vos paroles

R/Amen.

Que l’Esprit du Seigneur soit sur vous pour que vous apportiez votre aide aux ministres de sa parole.

R/Amen.

Et vous tous qui êtes ici rassemblés, Que Dieu Tout-Puissant vous bénisse, le Père, le Fils et le Saint Esprit.

R/Amen.

CANEVAS POUR LE VECU CONCRET DU MOIS MISSIONNAIRE


Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Missions, nous proposons :
1-Un triduum de prière de préparation (20, 21 et 22 octobre) orienté vers la célébration de la journée du dimanche 23 Octobre 2022. Ainsi, aurons-nous à préciser et à expliciter à tous les fidèles de nos paroisses ou secteurs (doyennés) le tandem ‘Mission et Esprit Saint chez les Fondateurs des OPM’ et surtout les différents sous-thèmes proposés dans ce livret d’animation en en clarifiant le sens. Ce rôle incombe en premier lieu aux directeurs diocésains des OPM.
On n’oubliera pas de faire part belle à la méditation du Rosaire pour les Missions pour des raisons suivantes : 
-Octobre : mois du Rosaire (N-D du Rosaire le 07 octobre) 
-Octobre : s’ouvre avec la mémoire de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face, Patronne universelle des Missions, au 1er jour. 
-Le rosaire vivant fut institué par Pauline JARICOT en 1826 pour soutenir spirituellement les Missions. 
2- On demandera aux curés de nos paroisses, administrateurs, aumôniers et à tous les destinataires (cités plus haut) du présent livret de célébrer le dimanche des Missions ou la Journée Missionnaire Mondiale (dimanche 23 octobre 2022) avec quelques réajustements dans la liturgie du jour comme nous le suggèrent les responsables des OPM à Rome :
* Prendre la Messe pour l’Evangélisation des Peuples (voir Missel Romain) 
*Procéder à la quête impérée en incitant les fidèles à y participer généreusement. 
*Procession des enfants missionnaires avec : croix, globes, Bibles et autres choses symboliques de notre terre de mission en mains, vêtus tous aux couleurs des cinq continents : vert, rouge, blanc, jaune et bleu (voir rituel) 
* Envoi en mission de tous les catéchistes, mouvements, associations, groupes de prière de nos paroisses. (Voir rituel ou livre des bénédictions) 
* Distribution ou collecte des enveloppes dénommées « le sou de Pauline » pour les dons des fidèles. 

Père Cosme ADJOMALE, Directeur National

HEURE SAINTE MISSIONNAIRE

Préambule

Préparez un endroit décent pour exposer le Saint Sacrement. Il est suggéré qu’il y ait six bougies blanches allumées. On organise l’endroit de façon à mettre plus tard en valeur cinq bougies de couleurs pour prier pour les cinq continents : Verte pour l’Afrique, rouge pour l’Amérique, blanche pour l’Europe, bleue pour l’Océanie et jaune pour l’Asie.

 Il y a aussi un endroit où la photo du pape peut être placée, de même que celles  des fondateurs des quatre Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM), pour lesquelles on prie en cette année spéciale du centenaire du caractère pontifical des trois premières Œuvres. Il faut  confier  à Jésus, les activités menées par les OPM pour soutenir la mission évangélisatrice de l’Église universelle et des Églises locales. Pendant qu’un ministre qualifié entre avec le Très Saint-Sacrement, afin de l’exposer, il est proposé d’avoir un moment d’animation musicale.

Animation musicale

Des chants d’adoration.

Invocation initiale

V/. Béni, loué et adoré soit le Très Saint sacrement de l’autel

R/. Soyez béni et loué à jamais mon Jésus dans le très Saint-Sacrement.

 

 

Animateur 1

Chers frères,nous voici réunis comme une communauté de foi avec le Seigneur Jésus présent dans le Très Saint Sacrement de l’autel. Nous sommes venus ici, parce que nous voulons être avec lui pour l’accompagner dans cette heure sublime et l’implorer pour tous les hommes et toutes les femmes qui ont tout quitté pour l’Evangile. Demandons au Saint-Esprit de les fortifier et de répandre sur eux sa splendide lumière, pour qu’animés par ce feu d’amour ils aillent   partout dans le monde  annoncer l’Evangile qui est le Christ lui-même.

Seigneur, prends tout notre être pour que nous puissions t’adorer en esprit et en vérité Toi le Pain vivant descendu du ciel.

Notre-Père ….

Moment de silence pour contempler le Cœur sacré de Jésus

Présentation des cinq continents et prière pour les Œuvres Pontificales Missionnaires

Deux personnes entrent pour la présentation de chacun des cinq continents, la première personne avec la bougie correspondante à la couleur de chaque continent et une autre avec la photo qui correspond à chaque moment, comme précis indiquer ci-dessous, tout en chantant le refrain de la chanson :

Chant : Allez enseignez toutes les nations.

Animateur 2

Nous offrons une bougie verte et l’image du Pape François.

A travers cette bougie et ce drapeau (tissu vert)  qui représentent le continent africain, nous vous offrons la marche missionnaire de nos frères qui quittent tout, annoncent l’Evangile parmi tous les peuples ; ceux peuples qu’ils rencontrent et avec lesquels ils échangent. Priez pour la protection et le bien-être des missionnaires qui évangélisent ce continent.

Prions un instant en silence

 Chant :  Allez enseignez toutes les nations 

Animateur 3

Nous offrons une bougie rouge de même que  l’image de la bienheureuse Pauline Jaricot.

Avec cette bougie et cette image, qui représentent  le continent américain et l’Œuvre Pontificale de la Propagation de la Foi, nous nous offrons. Aussi, présentons-nous l’engagement de foi de tant d’hommes et de femmes de ce continent qui répondent à l’appel de la mission et cherchent à assumer leur engagement missionnaire, afin de sortir d’eux-mêmes pour aller à la rencontre de l’autre. Nous prions également pour l’Œuvre Pontificale de la Propagation de la Foi qui cette année fête ses 200 ans de fondation et 100 ans d’attribution de titre pontifical. Cette Œuvre est chargée de promouvoir la coopération missionnaire universelle avec tous les Églises du monde et leurs besoins.

Priez un instant en silence.

 Chant: Allez  enseignez toutes les nations 

Animateur 4

Nous offrons une bougie de couleur blanche avec  l’image de Monseigneur Charles-Auguste de Forbin Janson.

Cette bougie et cette image représentent le continent européen et l’Œuvre Pontificale de l’Enfance et de l’Adolescence Missionnaires. Ce continent, depuis plusieurs siècles, a assumé la responsabilité d’étendre l’Evangile à travers le monde, mais aujourd’hui est désorienté et éloigné de Jésus-Christ.

Prions pour que le Seigneur suscite des  missionnaires pour ce continent et pour le rayonnement de l’Enfance  et de l’Adolescence Missionnaires qui fête ses 100 ans comme Oeuvre Pontificale et promeut l’entraide entre les enfants du monde entier. Prions aussi pour les enfants, les petits missionnaires à devenir  protagonistes de l’Évangile.

Priez un instant en silence.

Chant: Allez  enseignez toutes les nations 

 

 

Animateur 5

Nous offrons une bougie bleue avec cette image de Jeanne Bigard.

Cette bougie et cette image représentent le continent de l’Océanie et l’Œuvre Pontificale de Saint Pierre Apôtre (POSPA). C’est le continent aux innombrables îles, où la situation géographique rend de plus en plus difficile  l’évangélisation des peuples qui l’habitent.

Prions pour que le Seigneur lui donne du courage et fortifie le courage des missionnaires qui sont dans ce continent et par l’Œuvre Pontificale de Saint Pierre l’Apôtre qui fête ses 100 ans d’avoir été proclamée pontificale pour aider les vocations nées dans les territoires de mission.

Priez un instant en silence.

Chant: Allez  enseignez toutes les nations 

 

Animateur 6

Nous offrons une bougie de couleur jaune, de même que l’image du Bienheureux Père Paolo Manna.

Cette bougie et cette image représentent le continent asiatique et l’Union Pontificale Missionnaire (UPM). Sur le continent asiatique seulement 3% des habitants reconnaissent le Christ comme leur Seigneur.  Afin que nous ayons le courage de reconnaître que la tâche évangélisatrice est toujours à ses débuts et a besoin de notre soutien sous toutes ses formes.

Prions pour que le Seigneur suscite des personnes généreuses qui soutiennent la mission sur ce continent et par l’Union Pontificale Missionnaire qui est née sous l’inspiration du Bienheureux Père Paolo Manna, (né il y a 150 ans) et offre une formation missionnaire adaptée et appropriée aux évêques, prêtres, religieux, religieuses, agents pastoraux  pour une responsabilité particulière dans l’animation missionnaire des communautés chrétiennes.

Priez un instant en silence.

Chant: Allez  enseignez toutes les nations 

 

Le chant d’acclamation de l’Evangile.

ÉVANGILE LC 18, 9-14

Evangile de Jésus-Christ selon Saint Luc.

 

En ce temps-là, à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes
et qui méprisaient les autres, Jésus dit la parabole que voici :
« Deux hommes montèrent au Temple pour prier.
L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts).
Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : “Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes
– ils sont voleurs, injustes, adultères, ou encore comme ce publicain.
Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.” Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : “Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !” Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre.

Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »

 

Acclamons la Parole du Seigneur.

R/ Louange à toi, Seigneur Jésus

 

SUGGESTIONS POUR LA MEDITATION

Jésus, approchant le temps de monter au ciel, promet à ses disciples la force du Saint-Esprit pour être témoins de sa résurrection en tout temps et en tout lieu. C’est ce dialogue entre Jésus et ses disciples que nous trouvons dans le texte biblique des Actes 1, 8.

Le Pape François a voulu reprendre la phrase « Afin que vous soyez mes témoins » qui accompagne la célébration du dimanche Missionnaire Mondial. Le Pape nous dit dans son message : «Les missionnaires du Christ ne sont pas envoyés pour se communiquer eux-mêmes, pour montrer leurs qualités et leurs capacités de persuasion ou leurs compétences en matière de gestion. Ils ont, au contraire, le grand honneur d’offrir le Christ, en paroles et en actes, en annonçant à tous la Bonne Nouvelle du salut avec joie et franchise, comme les premiers apôtres. » Et il poursuit : «Enfin, en ce qui concerne le témoignage chrétien, l’observation de saint Paul VI reste toujours pertinente : « L’homme contemporain écoute plus volontiers les témoins que les maîtres ou, s’il écoute les maîtres, c’est parce qu’ils sont des témoins» (Evangelii Nuntiandi, n. 41). Par conséquent, pour la transmission de la foi, le témoignage de la vie évangélique des chrétiens est fondamental. »

Dans le texte de l’évangile que nous venons de lire, on se retrouve devant une « épreuve » de la vie du chrétien, épreuve  toujours actuelle et de tous les temps : C’est la parabole du pharisien et du publicain, Jésus l’a prononcée pour certains qui se croient bons ; ils étaient sûrs d’eux (ce qu’ils ont pensé et ce qu’ils ont fait) et au point de mépriser les autres. Ces caractéristiques ou prétentions sont présentes aujourd’hui dans la vie de nombreux chrétiens.

Le pharisien de ce temps-là et de tous les temps a une base doctrinale pour sa performance. Il pense : « dans la mesure où j’accompli la loi de Dieu, c’est bien ! Il me récompensera et me sauvera. » Le salut, selon lui, ne dépend pas tant de Dieu mais de lui-même, de sa propre fidélité, de ses observances de son propre vie. Cela fait du pharisien l’homme qui croit que la loi est source de droit privilège devant Dieu.

En conséquence, pour le pharisien, c’est la fidélité à la loi et à l’accomplissement fidèle de toutes ses clauses qui renforce la confiance en soi. Il croit que le fait d’être religieux fidèles, garantit qu’on est parfait. Rappelons que le modèle est le même Seigneur Jésus qui est fidèle au Père parce qu’il l’aime et ne veut que le glorifier et lui plaire en lui obéissant parfaitement jusqu’à la mort sur la croix. Et ceci, par amour pour son Père et par amour pour nous.

Le pharisaïsme est présent aujourd’hui dans notre monde chrétien tant au niveau individuel,( ce qui est grave), que communautaire, ce qui est pire, c’est que ce pharisaïsme nous empêche d’être témoins de Christ ressuscité.

Prière des fidèles

Consigne : Au début,  on doit avoir distribué à certains membres de la communauté, diverses intentions de prière pour: Le Pape, l’Église, les missionnaires,

dirigeants, vocations et pour le renforcement des quatre Œuvres Pontificales missionnaires dans nos juridictions ecclésiastiques ou Eglises locales.

 

Président: Nous sommes réunis ici frères et sœurs, pour commémorer le mystère de notre rédemption; demandons à Dieu Tout-puissant de nous remplir de sa vie.

R/Que ton Evangile, Seigneur, atteigne les extrémités de la terre.

1-Pour le Pape François, les évêques, prêtres, diacres, religieux religieuses, les catéchistes  et personnes appartenant à la Vie Consacrée, afin que, animés par l’Esprit Saint, ils continuent à témoigner avec joie en tant que  disciples missionnaires du Maître. Prions le Seigneur

2- Pour les jeunes, pour qu’ils accueillent avec fidélité l’invitation que le Seigneur fait à travers le Pape François pour être témoins joyeux du Christ ressuscité. Prions le Seigneur.

3-Pour  les chefs des nations, afin qu’ils cherchent le bien commun des citoyens, défendent leurs droits et travaillent sans relâche pour la construction de la paix. Prions au Seigneur.

4-Pour les missionnaires qui annoncent l’Evangile dans les coins du monde, afin que nos prières, sacrifices et offrandes les aident à tenir bon devant les  difficultés qu’ils rencontrent. Prions le Seigneur

5- Pour nos paroisses et mouvements ecclésiastiques, afin qu’ils ne s’enferment pas dans le découragement et aient le courage de  pouvoir sortir et donner témoignage de la résurrection du Christ, surtout avec ceux qui n’ont jamais eu d’expérience personnelle avec Lui  le Seigneur. Prions le Seigneur.

6- Pour chacun de nous, afin que nous  assumions l’engagement baptismal d’être missionnaires, témoins du Christ jusqu’aux  extrémités de la terre. Prions pour Monsieur.

7-Pour les Églises locales afin qu’elles trouvent dans chacune des quatre Œuvres Pontificales Missionnaires un  instrument solide pour alimenter l’esprit missionnaire dans le peuple de Dieu. Prions le Seigneur.

Prière : (Président)

Écoutez, Père de bonté, les prières que nous vous dirigeons ; et aidez-nous à augmenter chaque jour notre esprit missionnaire à être témoins de l’Evangile. Nous vous le demandons Jésus-Christ Notre Seigneur. Amen

 

Après avoir présenté les intentions, quelqu’un entonne chanter

 le Tantum ergo ou un Chant eucharistique.

V/ Seigneur, tu nous as donné le pain du ciel.

R/ Et toute saveur se trouve en Lui

 

Prière (le président)

 Seigneur Jésus Christ, dans cet admirable sacrement, vous nous avez laissé le mémorial de votre passion ; donnez-nous de vénérer d’un si grand amour les mystères de votre corps et de votre sang, que nous puissions recueillir sans cesse le fruit de la rédemption.

Vous qui vivez et régnez pour les siècles des siècles.  Amen.

LOUANGES POUR L’ADORATION MISSIONNAIRE

(texte original : Père Feliciano TCHABI)

 

R/ Dieu soit béni

– Qu’il soit béni pour son Fils Jésus, le Premier missionnaire ;

– Qu’il soit béni pour son Esprit Saint qui inspire la mission ;

– Qu’il soit béni pour la Vierge Marie, notre Mère, l’Etoile de l’évangélisation ;

– Qu’il soit béni pour ses merveilles dans son Eglise missionnaire ;

– Qu’il soit béni pour ses dons à l’Eglise au Bénin ;

– Qu’il soit béni pour les grâces accordées à chacun d’entre nous ;

– Qu’il soit béni pour les Œuvres Pontificales Missionnaires ;

– Qu’il soit béni pour l’Œuvre de la Propagation de la Foi  fondée par la bienheureuse Pauline Jaricot

– Qu’il soit béni pour l’Œuvre de l’Enfance Missionnaire  voulue par Monseigneur de Forbin Janson

– Qu’il soit béni pour l’Œuvre de Saint Pierre Apôtre initiée par Jeanne Bigard ;

– Qu’il soit béni pour l’Union Pontificale Missionnaire œuvre du bienheureux padre Paolo Manna ;

– Qu’il soit béni pour les vaillants missionnaires qu’Il nous a envoyés ;

– Qu’il soit béni pour l’Evangile qu’ils nous ont annoncé ;

– Qu’il soit béni pour avoir fait de nous des missionnaires ;

– Qu’il soit béni pour ceux vers qui Il nous envoie ;

 Seigneur, donne-nous un cœur missionnaire ;

 Seigneur, fais de nous des missionnaires ;

 Seigneur, fais de nous de saints missionnaires.

R/ Amen

Sr Micheline TOWANOU

MESSAGE DU PAPE POUR LA JOURNÉE MISSIONNAIRE MONDIALE

« Vous serez alors mes témoins » (Ac 1, 8)

Chers frères et sœurs,

Ces paroles sont celles de la dernière conversation de Jésus Ressuscité avec ses disciples, avant de monter au Ciel, telle qu’elle est décrite dans les Actes des Apôtres : « Vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1, 8)Et c’est aussi le thème de la Journée Mondiale des Missions 2022 qui nous aide, comme toujours, à vivre le fait que l’Église est missionnaire par nature.

Cette année, elle nous donne l’occasion de commémorer quelques anniversaires importants pour la vie et la mission de l’Église : la fondation, il y a 400 ans, de la Congrégation de la Propaganda Fide – aujourd’hui pour l’Évangélisation des Peuples – et, il y a 200 ans, l’Œuvre pour la Propagation de la Foi qui, avec l’Œuvre de la Sainte enfance et l’Œuvre de Saint Pierre Apôtre qui a été reconnue comme pontificale il y a tout juste 100 ans.

Arrêtons-nous sur ces trois expressions clé qui résument les trois fondements de la vie et de la mission des disciples : « Vous serez mes témoins », « jusqu’aux extrémités de la terre » et « vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ».

1. « Vous serez mes témoins » – L’appel de tous les chrétiens à témoigner du Christ

C’est le point central, le cœur de l’enseignement de Jésus aux disciples en vue de leur mission dans le monde. Tous les disciples seront témoins de Jésus grâce au Saint-Esprit qu’ils recevront : ils seront constitués comme tels par grâce. Où qu’ils aillent, où qu’ils soient. De même que le Christ est le premier envoyé, c’est-à-dire missionnaire du Père (cf. Jn 20, 21) et, en tant que tel, son « témoin fidèle » (cf. Ap 1, 5), de même tout chrétien est appelé à être un missionnaire et un témoin du Christ. Et l’Église, communauté des disciples du Christ, n’a d’autre mission que celle d’évangéliser le monde en témoignant du Christ. L’identité de l’Église est d’évangéliser.

Une relecture d’ensemble plus approfondie éclaire certains aspects toujours actuels pour la mission confiée par le Christ à ses disciples : « Vous serez mes témoins ». La forme plurielle souligne le caractère communautaire-ecclésial de l’appel missionnaire des disciples. Tout baptisé est appelé à la mission dans l’Église et par mandat de l’Église : la mission se fait donc ensemble, et non individuellement, en communion avec la communauté ecclésiale et non de sa propre initiative. Et même s’il y a quelqu’un qui, dans une situation très particulière, accomplit seul la mission d’évangélisation, il l’accomplit et devra toujours l’accomplir en communion avec l’Église qui l’a envoyé.

Comme l’enseigne saint Paul VI dans l’Exhortation apostolique Evangelii nuntiandi, un document qui m’est très cher :

Évangéliser n’est pour personne un acte individuel et isolé, mais c’est un acte profondément ecclésial. Lorsque le plus obscur prédicateur, catéchiste ou pasteur, dans la contrée la plus lointaine, prêche l’Évangile, rassemble sa petite communauté ou confère un sacrement, même seul, il fait un acte d’Église et son geste se rattache certainement, par des rapports institutionnels, mais aussi par des liens invisibles et par des racines souterraines de l’ordre de la grâce, à l’activité évangélisatrice de toute l’Église (n. 60). 

En effet, ce n’est pas un hasard si le Seigneur Jésus a envoyé ses disciples en mission deux par deux. Le témoignage des chrétiens au Christ a un caractère essentiellement communautaire. D’où l’importance essentielle de la présence d’une communauté, même petite, dans la réalisation de la mission.

Deuxièmement, il est demandé aux disciples de vivre leur vie personnelle dans une optique de mission : ils sont envoyés par Jésus dans le monde non seulement pour faire la mission, mais aussi et surtout pour vivre la mission qui leur a été confiée ; non seulement pour rendre témoignage, mais aussi et surtout pour être des témoins du Christ. Comme le dit l’apôtre Paul avec des mots vraiment émouvants : « Toujours nous portons, dans notre corps, la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus, elle aussi, soit manifestée dans notre corps. »  (2 Co 4, 10).

L’essence de la mission est de rendre témoignage au Christ, c’est-à-dire à sa vie, sa passion, sa mort et sa résurrection par amour du Père et de l’humanité. Ce n’est pas un hasard si les Apôtres ont cherché à remplacer Judas parmi ceux qui, comme eux, avaient été « témoins de sa résurrection » (Ac 1, 22). C’est du Christ, et du Christ ressuscité dont nous devons témoigner et dont nous devons partager la vie.

Les missionnaires du Christ ne sont pas envoyés pour se communiquer eux-mêmes, pour montrer leurs qualités et leurs capacités de persuasion ou leurs compétences en matière de gestion. Ils ont, au contraire, le grand honneur d’offrir le Christ, en paroles et en actes, en annonçant à tous la Bonne Nouvelle du salut avec joie et franchise, comme les premiers apôtres.

Par conséquent, en dernière analyse, le véritable témoin c’est le “martyr”, celui qui donne sa vie pour le Christ en échange du don qu’il nous fait de lui-même.

La première motivation pour évangéliser est l’amour de Jésus que nous avons reçu, l’expérience d’être sauvés par lui qui nous pousse à l’aimer toujours plus (Evangelii gaudium, n. 264). 

Enfin, en ce qui concerne le témoignage chrétien, l’observation de saint Paul VI reste toujours pertinente : « L’homme contemporain écoute plus volontiers les témoins que les maîtres ou, s’il écoute les maîtres, c’est parce qu’ils sont des témoins » (Evangelii Nuntiandi, n. 41). Par conséquent, pour la transmission de la foi, le témoignage de la vie évangélique des chrétiens est fondamental.  

De même, la tâche de proclamer sa personne et son message reste tout aussi nécessaire. En effet, Paul VI lui-même poursuit : « Oui, elle est toujours indispensable, la prédication, cette proclamation verbale d’un message […] La parole reste toujours actuelle, surtout lorsqu’elle est porteuse de la puissance de Dieu. C’est pourquoi reste lui aussi d’actualité l’axiome de saint Paul : “La foi vient de ce qu’on entend” (Rm 10, 17) : c’est la Parole entendue qui conduit à croire » (ibid., n. 42).

Par conséquent, l’exemple de la vie chrétienne et l’annonce du Christ vont ensemble dans l’évangélisation. L’un sert l’autre. Ce sont les deux poumons avec lesquels toute communauté doit respirer pour être missionnaire. Ce témoignage complet, cohérent et joyeux du Christ sera certainement la force d’attraction pour la croissance de l’Église également au troisième millénaire. J’exhorte donc chacun à retrouver le courage, la franchise, cette parrhésie des premiers chrétiens, pour témoigner du Christ en paroles et en actes, dans tous les domaines de la vie.

2. « Jusqu’aux extrémités de la terre » – L’actualité perpétuelle d’une mission d’évangélisation universelle

En exhortant les disciples à être ses témoins, le Seigneur ressuscité, leur dit là où ils sont envoyés : « A Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1, 8). Le caractère universel de la mission des disciples apparaît clairement ici. Le mouvement géographique “centrifuge” est mis en évidence, presque en cercles concentriques, de Jérusalem considérée par la tradition juive comme le centre du monde, à la Judée et la Samarie, et jusqu’aux « les extrémités de la terre ». Ils ne sont pas envoyés pour faire du prosélytisme mais pour annoncer.

Le chrétien ne fait pas de prosélytisme. Les Actes des Apôtres nous racontent ce mouvement missionnaire : ils nous donnent une belle image de l’Église “en sortie” pour accomplir sa vocation de témoigner du Christ Seigneur, guidée par la Providence divine dans les circonstances concrètes de la vie. En effet, les premiers chrétiens sont persécutés à Jérusalem et c’est pourquoi ils sont dispersés en Judée et en Samarie et ont partout témoigné du Christ (cf. Ac 8, 1.4).

Quelque chose de similaire se produit encore à notre époque. En raison des persécutions religieuses et des situations de guerre et de violence, de nombreux chrétiens sont contraints de fuir leur terre pour se rendre dans d’autres pays. Nous sommes reconnaissants envers ces frères et sœurs qui ne s’enferment pas dans leur souffrance, mais témoignent du Christ et de l’amour de Dieu dans les pays qui les accueillent. C’est ce à quoi saint Paul VI les exhortait à faire lorsqu’il considérait la « responsabilité qui revient aux migrants dans les pays qui les reçoivent » (Evangelii nuntiandi, n. 21).

En effet, nous expérimentons de plus en plus comment la présence de fidèles de diverses nationalités enrichit le visage des paroisses et les rend plus universelles, plus catholiques. Par conséquent, la pastorale des migrants est une activité missionnaire à ne pas négliger, elle peut aider aussi les fidèles locaux à redécouvrir la joie de la foi chrétienne qu’ils ont reçue.

L’indication « jusqu’aux extrémités de la terre » interpellera les disciples de Jésus à toutes les époques et les poussera à aller au-delà des lieux habituels pour lui rendre témoignage. Malgré toutes les facilités dues aux progrès de la modernité, il existe encore aujourd’hui des zones géographiques où les missionnaires témoins du Christ ne sont pas encore arrivés avec la Bonne Nouvelle de son amour.

D’autre part, aucune réalité humaine ne devrait être étrangère à l’attention des disciples du Christ dans leur mission. L’Église du Christ a été, est et sera toujours “en sortie” vers de nouveaux horizons géographiques, sociaux et existentiels, vers des lieux et des situations humaines “limites”, afin de témoigner du Christ et de son amour à tous les hommes et toutes les femmes de tout peuple, de toute culture et de tout statut social. En ce sens, la mission sera toujours aussi missio ad gentes, comme nous l’a enseigné le Concile Vatican II, car l’Église devra toujours aller au-delà, au-delà de ses propres limites, pour témoigner de l’amour du Christ à tous. À cet égard, je voudrais rappeler le souvenir et remercier les nombreux missionnaires qui ont dépensé leur vie pour aller “au-delà”, en incarnant la charité du Christ envers les nombreux frères et sœurs qu’ils ont rencontrés.

3. « Vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous » – Laissez-vous toujours fortifier et guider par l’Esprit

En annonçant aux disciples leur mission d’être ses témoins, le Christ ressuscité promet également la grâce pour une si grande responsabilité : « Vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins » (Ac 1, 8). En effet, selon le récit des Actes des Apôtres, c’est précisément après la descente de l’Esprit Saint sur les disciples de Jésus qu’a lieu la première action de témoignage au Christ mort et ressuscité, avec une proclamation kérygmatique, le discours missionnaire de saint Pierre aux habitants de Jérusalem. Ainsi commence l’ère de l’évangélisation du monde par les disciples de Jésus, qui étaient avant faibles, craintifs et fermés. L’Esprit Saint les a fortifiés, leur a donné le courage et la sagesse de témoigner du Christ devant tout le monde.

Tout comme « personne n’est capable de dire : “Jésus est Seigneur” sinon dans l’Esprit Saint » (1 Co 12, 3), de même aucun chrétien ne peut rendre un témoignage complet et authentique au Christ Seigneur sans l’inspiration et l’aide de l’Esprit. Par conséquent, tout disciple missionnaire du Christ est appelé à reconnaître l’importance fondamentale de l’action de l’Esprit, à vivre avec lui dans la vie quotidienne et recevoir sans cesse de sa part force et inspiration.

Plus encore, au moment où nous nous sentons fatigués, démotivés, perdus, rappelons-nous de nous tourner vers l’Esprit Saint dans la prière, qui – je tiens à le souligner une fois de plus – a un rôle fondamental dans la vie missionnaire, pour nous laisser restaurer et fortifier par lui, source divine inépuisable des énergies nouvelles et de la joie de partager la vie du Christ avec les autres. « Recevoir la joie de l’Esprit est une grâce. Elle est la seule force que nous puissions avoir pour prêcher l’Évangile, pour professer la foi au Seigneur » (Message aux Œuvres Pontificales Missionnaires, 21 mai 2020). L’Esprit est donc le véritable protagoniste de la mission : c’est lui qui donne la parole juste, au bon moment et de juste manière.

C’est à la lumière de l’action de l’Esprit Saint que nous voulons aussi lire les anniversaires missionnaires de cette année 2022. L’institution de la Congrégation de la Propaganda Fide, en 1622, était motivée par le désir de promouvoir le mandat missionnaire sur de nouveaux territoires. Une intuition providentielle ! La Congrégation s’est avérée cruciale pour rendre la mission évangélisatrice de l’Église véritablement telle, c’est-à-dire indépendante de l’ingérence des pouvoirs du monde, afin d’établir ces Églises locales qui font preuve d’une telle vigueur aujourd’hui. Nous espérons que, comme au cours des quatre siècles passés, la Congrégation, avec la lumière et la force de l’Esprit, poursuivra et intensifiera son travail de coordination, d’organisation et d’animation des activités missionnaires de l’Église.

Le même Esprit, qui guide l’Église universelle, inspire également des hommes et des femmes simples pour des missions extraordinaires. C’est ainsi qu’une jeune fille Française, Pauline Jaricot, fonda l’Œuvre pour la Propagation de la Foi, il y a exactement 200 ans. Sa béatification sera célébrée en cette année jubilaire. Bien que ce fut dans des conditions précaires, elle accepta l’inspiration de Dieu pour mettre en place un réseau de prières et de collectes pour les missionnaires, afin que les fidèles puissent participer activement à la mission « jusqu’aux extrémités de la terre ». De cette idée géniale est née la Journée Mondiale des Missions, que nous célébrons chaque année, et dont la collecte dans toutes les communautés est destinée au fonds universel avec lequel le Pape soutient l’activité missionnaire.

Dans ce contexte, je rappelle également l’évêque français Charles de Forbin-Janson qui lança l’Œuvre de la Sainte Enfance afin de promouvoir la mission parmi les enfants avec la devise “les enfants évangélisent les enfants, les enfants prient pour les enfants, les enfants aident les enfants dans le monde entier” ; de même Mme Jeanne Bigard, qui donna naissance à l’Œuvre de Saint Pierre Apôtre pour le soutien des séminaristes et des prêtres en terre de mission. Ces trois Œuvres missionnaires ont été reconnues comme pontificales il y a juste cent ans.

Et c’est également sous l’inspiration et la direction de l’Esprit Saint que le bienheureux Paolo Manna, né il y a 150 ans, fonda l’actuelle Union Pontificale Missionnaire pour sensibiliser et encourager à la mission les prêtres, les religieux et religieuses et tout le peuple de Dieu. Paul VI lui-même fut membre de cette œuvre et lui conféra une reconnaissance pontificale. Je mentionne ces quatre Œuvres Pontificales Missionnaires pour leurs grands mérites historiques et aussi pour vous inviter à vous réjouir avec elles en cette année spéciale pour leurs activités de soutien à la mission évangélisatrice dans l’Église universelle et dans les Églises locales. Je forme le vœu que les Églises locales trouveront dans ces Œuvres un instrument solide pour nourrir l’esprit missionnaire dans le Peuple de Dieu. Pour en savoir plus >>

Chers frères et sœurs, je continue à rêver d’une Église entièrement missionnaire et d’un nouveau printemps missionnaire des communautés chrétiennes. Et je répète le souhait de Moïse pour le peuple de Dieu en chemin : « Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! » (Nb 11, 29). Oui, puissions-nous tous, dans l’Église, être ce que nous sommes déjà en vertu de notre baptême : des prophètes, des témoins, des missionnaires du Seigneur ! Avec la puissance de l’Esprit Saint, et jusqu’aux extrémités de la terre. O Marie, Reine des Missions, priez pour nous !

Rome, Saint Jean de Latran, 6 janvier 2022, Épiphanie du Seigneur.

François

Copyright © Traduction Dicastère pour la Communication, Librairie éditrice vaticane

QUE PEUT-ON RETENIR DU ROSAIRE ?

Qu’est-ce que la prière du rosaire ?
Il s’agit d’une prière récitée en quatre chapelets (initialement 3 provenant du psautier de Marie, le quatrième a été ajouté en 2002 par le pape Jean Paul II avec l’adjonction des mystères lumineux). Le rosaire nous permet de revenir sur les grands événements de la vie du Christ (appelés mystères) et de les accueillir dans notre cœur, comme le fit sa sainte mère. En se laissant pénétrer par ceux-ci, avec l’intercession de la Vierge Marie, nous demandons au Seigneur de laisser éclore en nous les fruits de ces mystères.

Cette prière est donc un mélange d’oraison (récitation des prières) et de méditation (contemplation des mystères).

Au-delà du rosaire médité, il est possible de porter une intention particulière à la récitation du rosaire ; nous pouvons ainsi faire un rosaire pour la paix, un rosaire pour les âmes du purgatoire, un rosaire pour les vocations …

Quand réciter le rosaire ?
Si nous pouvons, bien sûr, réciter le rosaire quand nous le voulons, nous n’avons pas toujours le temps de réciter cette belle et longue prière dans son intégralité. Les différentes catégories de mystères correspondent à des jours distincts de la semaine, il est donc possible de décider de méditer les mystères du jour simplement :

Mystères joyeux : lundi et samedi (ainsi que les dimanches de l’Avent)

Mystères lumineux : jeudi

Mystères douloureux : mardi et vendredi (ainsi que les dimanches du Carême)

Mystères glorieux : mercredi et dimanche

Il s’agit d’une répartition qui peut nous aider à entrer dans une pratique régulière du rosaire ; la régularité des méditations d’un mystère permettant de s’en nourrir toujours davantage. Nous n’avons jamais fini de faire le tour d’un mystère ! Mais nous pouvons également laisser l’Esprit Saint nous guider sur le choix des mystères que nous allons méditer.

Le mois d’octobre est traditionnellement le mois du rosaire ; nous fêtons d’ailleurs le 7 octobre Notre Dame du Rosaire.

Pourquoi réciter le Rosaire ?
Une prière pour apprendre à contempler le Christ et cheminer vers la sainteté
« Le rosaire est la prière qui accompagne toujours ma vie. C’est aussi la prière des simples et des saints… C’est la prière de mon cœur. » (Pape François)

« Et il fut transfiguré devant eux : son visage devint brillant comme le soleil » (Mt 17, 2). L’épisode évangélique de la transfiguration du Christ, dans lequel les trois Apôtres Pierre, Jacques et Jean apparaissent comme ravis par la beauté du Rédempteur, peut être considéré comme icône de la contemplation chrétienne. Fixer les yeux sur le visage du Christ, en reconnaître le mystère dans le chemin ordinaire et douloureux de son humanité, jusqu’à en percevoir la splendeur divine définitivement manifestée dans le Ressuscité glorifié à la droite du Père, tel est le devoir de tout disciple du Christ; c’est donc aussi notre devoir. En contemplant ce visage, nous nous préparons à accueillir le mystère de la vie trinitaire, pour faire l’expérience toujours nouvelle de l’amour du Père et pour jouir de la joie de l’Esprit Saint. Se réalise ainsi pour nous la parole de saint Paul : « Nous reflétons tous la gloire du Seigneur, et nous sommes transfigurés en son image, avec une gloire de plus en plus grande, par l’action du Seigneur qui est Esprit » (2 Co 3, 18). » (Jean-Paul II)

« Le rosaire nous permet de contempler la vie du Christ et les moments les plus importants liés à la vie de sa Mère. C’est un merveilleux album de famille. Il passe de la joie la souffrance et se termine par une lumière éblouissante : la Résurrection. » (Père Guy Gilbert)

Une prière qui apporte la paix
« La paix, au sens humain et chrétien, cela veut dire la pénétration dans les âmes du sens de la vérité, de la justice, de la parfaite fraternité entre les peuples, qui dissipe tout danger de discorde et de confusion, qui oriente les volontés de tous et de chacun vers la doctrine évangélique, vers la contemplation des mystères et des exemples de Jésus et de Marie, devenus familiers à la dévotion universelle, vers l’effort de chaque âme, de toutes les âmes, pour pratiquer parfaitement la loi sainte, cette loi qui, en réglant l’intimité des cœurs, rectifie les actions de chacun, les fait tendre à Accomplissement de la paix chrétienne, délice de la vie humaine, avant-goût des joies sans ombre et éternelles. » (Jean XXIII)

« Si vous voulez que la paix règne dans vos familles et dans votre patrie, récitez tous les jours le chapelet avec les vôtres : le Rosaire est le parfait résumé de l’Évangile et il donne la paix à tous ceux qui le récitent… Aimez le Rosaire, récitez-le tous les jours. » (saint Pie X)

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :