LE DIRECTEUR NATIONAL DES OPM À L’OUVERTURE DU CONSEIL NATIONAL


Le Directeur National des OPM au Bénin, Père Cosme Tayéwo ADJOMALE, a lancé le mardi 13 septembre 2022 le conseil annuel national des OPM à l’Ombre du Sanctuaire à Dassa. Venus de tous les diocèses du Bénin, les directeurs diocésains et aumôniers de l’Enfance Missionnaire de chaque diocèse ont été accueillis chaleureusement par le Directeur National : « Le Seigneur par ma voix vous accueille ; voix que je prête, volontiers, à Mgr Giampietro dal TOSO, Président des OPM, aux Secrétaires généraux des quatre Œuvres qui composent les Œuvres Pontificales Missionnaires, (et de façon toute particulière à notre Père Monsignor Guy BOGNON, Secrétaire général de l’Œuvre Pontificale de saint Pierre Apôtre), il est de cœur avec nous et salue chacun. Avec la grâce de Dieu, il pourra nous saluer et nous parler sur visio-conférence… »
Ce Conseil national s’ouvre au lendemain des 161 ans de l’évangélisation continue de notre pays par les valeureux et vaillants Pères de la Société des Missions Africaines, fondée à Lyon le 08 décembre 1856 dans la chapelle de Fourvière à l’intuition providentielle et prophétique de Mgr Melchior de Marion Brésillac (1813-1859). Mais c’est aux Pères Borghero Francesco et Francisco FRENANDEZ que reviendra la lourde mission d’évangéliser le Dahomey à partir du 18 avril 1861. Déjà, cette même chapelle de ND de Fourvière à Lyon va accueillir dès 1816 la consécration à la chasteté perpétuelle de la Mère des Missions, béatifiée le 22 mai dernier, Pauline Jaricot, fondatrice de la Propagation de la foi en 1822, il y a deux cents ans.
Durant cette assemblée, le Conseil aura à aborder des sous-thèmes suivant :
-La Mission hier et aujourd’hui en l’année des 200 ans de la Propagation de la Foi par la Bienheureuse Pauline Jaricot.
-Le profil du directeur diocésain organisateur et promoteur de la pastorale missionnaire dans son diocèse (la question du rapport annuel obligatoire de la part de chaque directeur diocésain, selon les statuts des OPM ne sera pas occultée)

  • Le sens du Mois missionnaire d’octobre et du fonds universel de solidarité (Une évaluation de la collecte des dons ‘Enveloppes sous de Pauline’ nous sera faite avec réflexions sur comment améliorer cette collecte qui appuie fortement les quêtes impérées et aide dans les animations et les matériels pour la mission)
    -Le visage actuel de l’Œuvre Pontificale de Saint Pierre Apôtre au Bénin, avec visite dans le séminaire propédeutique SMA de Tankossi demain 14 septembre, Croix Glorieuse,
    -Présentation du Manuel de l’Animateur de l’Enfance missionnaire et réflexions sur l’organisation du jubilé des 180 ans de la fondation de l’Enfance Missionnaire (1843-2023) puis quelques expériences pastorales missionnaires seront au menu de nos travaux.
    -les kits pour le mois missionnaire et les recommandations.
    Rappelons que le thème principal de cette assise est ““SOYONS DES PROPAGATEURS DE LA FOI AVEC LA MERE DES MISSIONS, LA BIENHEUREUSE PAULINE JARICOT”
    Avant de lancer officiellement le conseil, le Père Directeur a fait le bilan de l’année écoulée :
    -l’ouverture des jubilés à Grand-Popo le 15 janvier dernier (400 ans de la fondation de la Propaganda Fide-1622-2022), merci de votre présence effective et des délégations de vos diocèses à cette fête de la mission inaugurée dans la série en Afrique par notre pays, merci à Nosseigneurs le Nonce apostolique Mark MILES, Victor AGBANOU, Aristide GONSALLO, pour leur présence, aux Pères Antoine GOSSA et Jean-Claude KPATI et au curé du lieu le Père Antoine DJOSSOU je dis ma gratitude,
    -le 150ème anniversaire de naissance du Père Paolo Manna, (1872-2022) fondateur de l’Union Pontificale Missionnaire, UPM couplé avec le centenaire de l’attribution du titre Pontifical par le Pape Pie XI aux trois premières Œuvres (1922-2022), célébrés à la cathédrale Saint Sauveur de Natitingou, merci à l’abbé Axel qui nous a accueillis,nous le chargeons d’exprimer notre reconnaissance filiale à Mgr Antoine SABI BIO,
    -le bicentenaire de la fondation de l’Œuvre de la Propagation de la foi par Pauline Jaricot (1822-2022), célébré au centre catéchétique de Ouidah, le 11 juin, gratitude à Son Excellence Mgr Roger HOUNGBEDJI, aux Pères Charles ALLABI, Alain DOSSEH, Georges ADEYE et Marius NOUGBODE, pour leur accueil au nom de la commission diocésaine des OPM.
    Il a rappelé que « le Conseil national, qui s’ouvre, va ouvrir les portes à l’application des textes fondateurs des OPM en ceci :
    -le chargé de communication mettra sur notre forum au quotidien un article des Statuts et du Manuel des OPM,
    -la dénomination des chargés de l’Enfance Missionnaire, appelés jusqu’ici aumôniers de l’Enfance missionnaire ou bien responsables de l’Enfance missionnaire ou encore référents de l’Enfance missionnaire, changera conformément aux statuts,
    -l’accréditation comme membre du Conseil national dépend de la présentation au Directeur national du décret de nomination venant de l’évêque de l’intéressé, pour la tenue des archives, chose fortement recommandée désormais par Rome,
    -la rédaction en cours par le Directeur national des statuts particuliers du Bénin, une des résolutions de l’Assemblée générale des OPM à Lyon, (en voici le schéma de base proposé pour chaque nation par le Président des OPM), avec approbation de l’épiscopat local,
    -le rapport annuel obligatoire de la part de chaque Directeur diocésain et de son équipe (entendez ici son chargé de l’Enfance missionnaire et des autres collaborateurs), donc rapport conjoint des activités ; nous y reviendrons en ce qui concerne le délai du dépôt de ce rapport, (en voici un exemplaire des années 2013-2014)
    -la constitution dans chaque diocèse par le Directeur diocésain d’un Service Missionnaire Central Diocésain (SMDC) incluant selon le Manuel les représentants des groupes clés, d’organisations et d’autres services cités plus haut (Manuel 73 contact permanent avec les curés, aide de l’équipe du séminaire diocésain et des étudiants, des groupes apostoliques, en particulier des groupes des jeunes, des groupes vocationnels, les services diocésains pour l’éducation religieuse et catéchétique…), ainsi que des laïcs motivés et actifs en faveur des OPM, afin, qu’ils l’assistent dans son travail d’animation et de coopération (Cf. St. n : 6,7) »
    Il n’a pas oublié de saluer la Conférence épiscopale, l’évêque du diocèse, Monseigneur François GNONHOSSOU et l’évêque chargé des missions, Monseigneur Aristide GONSALLO.

Entre la langue française et moi, il existe comme une histoire semblable à celle de Roméo et Juliette

« J’ai toujours rêvé d’une vie toute donnée aux autres, surtout aux faibles, aux pauvres et aux tout-petits. » C’est donc en voulant donner aux autres que la Révérende Sœur Angéline Chabi de la congrégation  »Fille de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus’ a accepté limé son savoir en prolongeant ses études en Lettres Modernes. Officiellement Docteure en Langue et littérature française, elle a affirmé au lendemain de sa soutenance de thèse son amour pour les lettres : « entre la langue française et moi, il existe comme une histoire semblable à celle de Roméo et Juliette ». Interrogée sur l’intérêt que présente son sujet de recherche par la cellule de communication des OPM au BÉNIN, la jeune Docteure s’explique « Au-delà des deux auteurs sur lesquels portent nos travaux de recherche, le travail dans son ensemble renseigne sur l’évolution de la littérature africaine d’expression française. Il aborde le concept de la Néo-Négritude en élucidant la poétique des écrivains francophones de la jeune génération, leur rapport à l’Histoire et à la littérature. Il scrute la déroutante question du pouvoir et de la violence qui dépasse d’ailleurs le cadre littéraire. En Afrique, et même dans la vie religieuse, nous avons besoin d’évangéliser notre conception du pouvoir qui, selon Hannah Arendt, ne saurait se confondre à la violence. Selon la politologue, en effet, « Le pouvoir et la violence s’opposent par leur nature même ; lorsque l’un des deux prédomine de façon absolue, l’autre est éliminé. La violence se manifeste lorsque le pouvoir est menacé, mais si on la laisse se développer, elle provoquera finalement la disparition du pouvoir ». Le cadre de cette interview, évidemment, ne se prête pas au développement de cette thématique. Elle fait également partie de mes préoccupations pour les prochaines publications. »Comme rappel, la Révérende Sœur Angéline Chabi est religieuse depuis le 23 juin 2006, date de sa profession religieuse. Originaire de Kilibo, la quarantaine passée, elle est Professeure de Lettres et s’y plaît.

LES DIFFÉRENTES NOMINATIONS DANS LES DIOCÈSES AU BÉNIN : 2022

Vu le canon 521 du Code de Droit Canonique, considérant le Curé dans l’ordre sacré du presbytérat,

Vu le canon 523 du Code de Droit Canonique, confiant à l’Evêque la provision de l’office du Curé,

Vu les normes réglementant la constitution, les fonctions, les obligations et droits des vicaires paroissiaux (cc. 545-551, CIC 83),

Les évêques des diocèses du Bénin ont procédé au cours du mois de juin à des nominations.

Hommage à l’Abbé Gilbert DAGNON, 1er Directeur national des OPM au Bénin


10 ans après sa naissance au Ciel (2012 juin-2022)

Beaucoup de brillants orateurs, conférenciers se sont succédés sur cette tribune depuis hier pour faire ressortir tout ce que le Révérend Père Gilbert DAGNON a de profils humain, spirituel, ecclésial et social ; j’allais ajouter de patriotique et de républicain.
Je me suis amusé à aller, par curiosité, chercher sur le net ce que l’on dit sur le Père DAGNON, et voici le résumé de ce qui y est dit :
« Homme d’église, parolier, compositeur et homme politique béninois »
Aucune trace de ce qui justifie ma présence ici pour cette prise de parole : le passage de l’homme du 18 août 1926 à la tête d’une institution connue comme relai des lignes directrices de la pastorale missionnaire de Rome auprès de l’épiscopat béninois de la période post-indépendance.
Je ne prétends pas ajouter quelque chose à ce qui a été dit et si bien dit sinon rendre un vibrant hommage à un illustre lointain Prédécesseur à la tête et au service des Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM) au Bénin.
Merci aux organisateurs et organisatrices de ce Colloque pour la considération, le ‘ayessi’, comme on dit chez moi, pour l’honneur fait à notre institution.
« Souvenez-vous de vos anciens dirigeants qui vous ont annoncé la parole de Dieu. Pensez à la façon dont ils ont vécu et sont morts, et imitez leur foi. » (Hébreux 13,7)
Et si on faisait un peu d’histoire !!!
Paul VI (Pape de 1963-1978), par la Constitution Regimini Ecclesiae Universae (15 août 1967), réorganisa et adapta les devoirs de la Curie Romaine selon les directives données par le Concile Vatican II. Ainsi la Congrégation de Propaganda prit alors le nom de Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples ou « de Propaganda Fide ».
Ces années-là (1967-1968), vont signer la naissance des cellules locales des Œuvres Missionnaires devenues Pontificales en mai 1922 (il y a 100 ans) y compris dans notre pays, le Dahomey d’alors avec comme Premier Directeur national des OPM le Révérend Père Gilbert DAGNON, d’illustre mémoire en 1968.
Alors Recteur du Petit séminaire sainte Jeanne d’Arc, le futur administrateur diocésain de Cotonou, devra s’absenter pour aller représenter les OPM à Rome une fois par an, en ramenant dans ses valises des subsides accordés à notre pays.
En ce temps-là, il faut le reconnaître avec beaucoup d’admiration et d’humilité, les activités du directeur national des OPM se résumait à faire le voyage à Rome ; pas d’animations missionnaires au sens où on l’entend aujourd’hui, selon les propos du Père Dorothée Koffi HAMAOUZO, 3ème Directeur national de l’institution (1996-2007). C’est ce qui explique que beaucoup n’ont pas su cette grande responsabilité du Père DAGNON.
Du passage de l’illustre compositeur de l’Aube nouvelle, hymne national du Dahomey, le Bénin, à la tête des OPM, le Père Jacques Mahougnon AGOSSOU, 4ème Directeur national (2007-2018) dit ceci :
« Il a travaillé avec les moyens de bord, mais surtout avec son cœur et son charisme. Car ne l’oublions pas, le Père DAGNON est un homme charismatique »
Il fut remplacé en 1984 par le Père Bruno TCHOGNINOU d’Abomey.
Par ailleurs, ce que beaucoup ne savent pas ou commencent à oublier peut-être, c’est ceci : le Père Exorciste de Cotonou avait un jumeau d’ordination aussi talentueux, charismatique mais beaucoup trop rigoureux que lui, c’est le natif de Kpodji-lèmon.
L’un de ses premiers champs d’apostolat fut la paroisse de Sokponta puis sa marche vers le septentrion va se poursuivre jusqu’à Parakou où il sera tour à tour Recteur puis curé et Vicaire général : j’ai nommé le Révérend Père Georges HOUNYEME (qui m’a baptisé et envoyé au séminaire)
Je fais ici un constat : jumeaux d’ordination, l’un fut le premier directeur national des OPM et l’autre premier directeur national béninois de l’Enseignement catholique avec des réformes aussi bienfaisantes que prophétiques pour l’enseignement catholique chez nous.
Et pour moi, nommé directeur national 50 ans après le valeureux Père DAGNON, (1968-2018) cet illustre homme, et partageant la même maison avec un digne successeur du Père HOUNYEME à l’Enseignement catholique, je ne peux que m’écrier :
« De ma génération pourra-t-on dire un jour, ils n’ont pas démérité ? Oh, suis-je digne d’entrer dans la lignée des successeurs de cet illustre homme d’église, parolier, compositeur et homme politique béninois qu’est le Père DAGNON ? Suis-je digne d’entrer dans la lignée de ces hommes grands et grands hommes ? »
Comme les deux colonnes de l’Eglise, ils sont les colonnes de deux importantes institutions chez nous : OPM / Enseignement catholique.
Si l’on sait le nom autrefois donné à l’Enseignement catholique au Dahomey en temps de colonisation, Ecole des Missionnaires, alors nos deux Pères se retrouvent bien unis, l’un chargé des Ecoles et l’autre des Œuvres Pontificales Missionnaires.
J’allais finir en disant ceci :
« Mon Bon Père Gilbert DAGNON, si tu acceptes qu’on t’appelle Paul, chantre de la Mission alors ton frère Georges, que tu affectionnes tant, devient notre Saint Pierre, avec la clé du savoir. Vous êtes tous deux, les deux piliers de deux de nos institutions nationales. »
Et si tu me demandais : que veux-tu que je fasse pour toi ou obtienne pour toi, pour la Mission et pour les OPM aujourd’hui, (tout comme le prophète Elie le demandait à son disciple Elysée ? (2R2…), je répondrais sans hésiter : « Père, que je reçoive une double part de l’esprit que tu as reçu »
Père Cosme-Tayéwo ADJOMALE,
Directeur national des OPM

Pauline Jaricot béatifiée devant des milliers d’Hommes venant de partout : le drapeau du Bénin était brandi

Les livres de Pauline Jaricot

La date du 22 Mai 2022 sera à jamais gravée dans les annales du diocèse de Lyon en particulier et de l’église catholique en général et pour cause, celle qu’on peut appeler de non droit  »la mère des missions » a été béatifiée avec l’autorisation du Saint Père, lors de l’eucharistie dominicale présidée par le Cardinal TAGLE, Préfet de la congrégation pour l’évangélisation des Peuples.

Près de 12.000 personnes se sont réunies dimanche près de Lyon dans un hall d’exposition transformé pour l’occasion en église géante pour la béatification de Pauline Jaricot, une Lyonnaise pionnière du catholicisme social.

Le rite de béatification a donné lieu à une procession durant laquelle la relique du coeur de Pauline Jaricot a été porté jusqu’à l’autel.

Née en 1799 dans une famille d’industriels de la soie, cette pionnière du catholicisme social laïque est connue pour avoir fondé l’Œuvre de la Propagation de la foi, destinée à soutenir les missions catholiques dans tous les continents, et devenue un siècle plus tard un pilier des Oeuvres pontificales missionnaires (OPM).

Selon l’archevêque de Lyon, Mge Olivier de Germay, les représentants des œuvres pontificales missionnaires de plus d’une centaine de pays étaient présents pour cet hommage à « une femme qui a vécu au 19e siècle mais qui est au fond très moderne ». Dans le public du parc Eurexpo, des participants brandissaient un drapeau polonais et des danseuses malgaches ont défilé dans les travées. Plus d’une dizaine de Béninois présents, prêtres, laïcs, religieuses avaient joyeusement brandi également leur drapeau.

Les livres de Pauline Jaricot

Le préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, le cardinal Luis Antonio Tagle, qui préside la cérémonie, a lu une lettre en anglais du pape François acceptant que Pauline Jaricot « soit désormais appelée bienheureuse ». »

Après avoir lu la vie de Pauline Jaricot, je me suis dit qu’elle était peut-être née à Lyon en France mais qu’elle aurait aussi pu être africaine, asiatique, américaine, océanienne tant son amour, sa passion pour Jésus et pour les pauvres sont universels », avait précédemment déclaré Mgr Tagle à la presse.

A l’issue de cette lecture, le portrait de Pauline Jaricot a été dévoilé et applaudi par les fidèles, de tous âges et qui témoignaient d’une grande ferveur, entonnant les chants religieux en choeur.

Les mots de la Sœur Micheline TOWANOU, secrétaire Nationale de l’Enfance Missionnaire

« C’est une joie pour nous les Béninois de se retrouver à Lyon ce dimanche de Béatification de Pauline Jaricot notre amie missionnaire. Avec notre fanion, beaucoup se sont rapprochés de nous pour manifester leur amour pour le Bénin car ils ont eu des occasions de passer quelques années au Bénin. Beaucoup de béninois y étaient à cette solennelle célébration. Dieu soit loué. Vive la bienheureuse Pauline, vive la mission, vive le Bénin. »

Les livres de Pauline Jaricot

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :